Home / Produits /
Nouveaux Vins

Dans le dernier tiers du XXème siècle, Marcel Fernández, d’origine algérienne et grand connaisseur des vins français, a décidé de planter sur une exploitation située à mi chemin entre Villamartín et Arcos, deux villages de la Sierra de Cádiz, des raisins de variétés rouges.

Ce n’était pas la première fois. Au XIXème siècle, certains vins réalisés avec des raisins rouges de Pajarete, une zone située aussi à Villamartín, étaient très appréciés en France et, selon les données recueillies par l’œnologue Salvador Rivero, qui produit alors des vins rouges dans la Sierra, l’histoire a pu commencer dans un couvent de moines Saint-Jérôme au XVIème.

Ce qui est sûr est que Fernández a récupéré l’activité dans un département où la production était complètement centrée sur le raisin palomino qui caractérise les Jerez. Mais, peu après, s’est uni à Marcel, un caviste de Jerez, Antonio Páez Lobato qui a parié aussi sur les rouges de la Sierra de Cadix, comme Fernández.

La deuxième révolution eut lieu à Sanlúcar, où la firme Barbadillo, une des plus importantes du secteur des Jerez et les manzanillas, décidait de mettre en marche un vin blanc, réalisé à partir de raisins palomino et qui continue à être leader des ventes en Espagne. Cela était totalement nouveau dans la mesure où il s’agissait d’un vin jeune, de l’année sans ajout d’alcool, comme cela est fait avec les Jerez.

Le phénomène a été spécialement en auge pendant la dernière décennie, pendant laquelle s’est produit une diversification des zones de plantation des raisins comme de leurs variétés. Il s’agit de vins blancs et rouges dont pour l’élaboration interviennent de nouveaux types de raisins plantés dans différentes zones du département, et qui obtiennent un grand succès de la critique internationale et le support des clients.

Le mouvement est très uni à une nouvelle génération d’œnologues formés à l’Université de Cadix et qui ont misé sur les nouvelles techniques de vinification et sur l’utilisation d’autres variétés de raisins qu’ils considèrent qu’ils donneront de bons rendements dans la zone. Des raisins comme le cabernet sauvignon, le tempranillo, le syrah ou le chardonnay ont été planté avec de bons résultats et sont très satisfaisants pour le secteur. Parallèlement il existe un autre mouvement, celui de la récupération des variétés traditionnelles de la zone comme la tintilla de Rota, un raisin de très petite taille qui était typique dans cette localité et qui avait pratiquement disparu. Aujourd’hui plusieurs entreprises suivent ce mouvement.

Sous l’indication géographique Vins de la Terre de Cadix, se développe donc, une nouvelle production orientée vers le segment haut du marché. Cette indication a été réglementée par la Junta (Gouvernement) d’Andalousie en 2005. La région viticole andalouse de Cadix, regroupe les communes d’Arcos de la Frontera, Chiclana de la Frontera, Chipiona, El Puerto de Santa María, Jerez de la Frontera Prado del Rey, Puerto Real, Rota Sanlúcar de Barrameda, Olvera, Setenil, Villamartín, Bornos, Trebujena et San José del Valle. Les vins peuvent être élaborés avec différentes variétés de rouges: Syrah, Monastrell, Merlot, Tintilla de Rota, Petit Verdot Cabernet Franc, Garnacha Tinta, Tempranillo, et Cabernet Sauvignon, et avec les blancs: Garrido, Palomino, Chardonnay, Moscatel, Mantía, Perruno, Macabeo, Sauvignon Blanc et Pedro Ximénez.

Il faut mentionner aussi que certains vins sucrés traditionnels comme le Moscatel ou le moscatel de raisins secs de la zone de Chiclana et de Chipiona commencent à récupérer le terrain perdu; ainsi, un mouvement émergent tente de récupérer le moût, un vin jeune, récemment fermenté qui est commercialisé dans de petits établissements pendant les premiers mois de l’hiver, lorsque le vin finit de fermenter. L’idée est de créer un mouvement similaire à celui de la France dans le cas du Beaujolais Nouveau et qui dans le département de Cadix a été baptisé Mostolé.

 
Esta web utiliza cookies. Al navegar en esta página, aceptas el uso que hacemos de las cookies.AceptarLeer más